Le séneçon jacobée dans les prairies

Le séneçon jacobée est très commun. Il est toxique et nocif pour les vaches laitières. D’où l’importance de s’en débarrasser dans les prairies.

Le séneçon jacobée dans les prairies
Le séneçon jacobée est très commun. Cette adventice se rencontre surtout dans les accotements, dans les réserves naturelles et sur les terrains non cultivés. Elle se reconnaît facilement à ses fleurs jaune vif (à ne pas confondre avec la tanaisie commune). En se disséminant à partir des accotements, par exemple, cette adventice peut aussi se retrouver dans les prairies de production, ce qui ne fait pas les affaires des producteurs laitiers.

La plupart des graines ne dépassent pas un rayon de 5 mètres, mais certaines peuvent se déplacer (beaucoup) plus loin.

Mieux vaut prévenir que guérir
Un gazon dense est le meilleur moyen de prévenir la prolifération du séneçon jacobée dans les prairies. Les problèmes sont donc moins fréquents dans les prairies denses. Si le sol est piétiné par le bétail ou si des machines y laissent des traces, les chances de germination sont plus élevées. Le séneçon jacobée a également plus de chance de s’implanter lorsque la sécheresse et la chaleur prolongées créent plus d’espaces ouverts dans les prairies.

Le séneçon jacobée est doublement nocif
Le séneçon jacobée contient seize alcaloïdes différents. Après que la plante a été ingérée par le bétail, ces composés sont convertis en alcaloïdes libres toxiques qui s’accumulent dans le foie et l’attaquent. Si les vaches évitent le séneçon jacobée quand elles paissent, elles peuvent en ingérer via le fourrage ensilé ou le foin. C’est notamment pour cette raison que le séneçon jacobée fait partie des adventices  nocives.

De plus, en tant que producteur laitier, vous souhaitez bien entendu avoir accès à des prairies productives où poussent des herbes d’une excellente valeur alimentaire. L’espace occupé par les adventices l’est au détriment de ces herbes productives et au détriment du caractère appétissant de la ration. Un autre inconvénient que vous voulez éviter.

Lutter contre le séneçon jacobée et les autres adventices
Grâce à une bonne gestion des prairies, les adventices n’ont pas la place pour germer. Mais tout éleveur laitier sait aussi qu’il y a toujours des endroits où les adventices poussent. Il est essentiel d’agir rapidement, par exemple via le désherbage. Cirran® est connu pour son large spectre d’action sur diverses adventices, notamment les chardons, les pissenlits et le séneçon jacobée. Il est important d’effectuer un désherbage avant ou après la floraison. Interrogez votre fournisseur de produits phytopharmaceutiques ou votre entrepreneur pour le meilleur moment et le meilleur produit pour votre traitement.