Éleveur de vaches laitières et spécialiste du fourrage

Un rendement fourrager plus élevé contribue à un meilleur résultat d’exploitation. En ce sens, l’attention portée aux prairies est d’une grande importance. En savoir plus.

Éleveur de vaches laitières et spécialiste du fourrage
Les éleveurs laitiers gagnent leur vie dans l’étable. C’est, du moins, souvent la première chose à laquelle on pense. Et à juste titre. La santé du bétail est, en effet, la base d’une exploitation laitière saine. Mais il est tout aussi important de porter le regard au-delà, vers les prairies autour de la ferme. Les chiffres montrent effectivement qu’un rendement plus élevé et un volume de fourrage plus important provenant de l’exploitation propre contribuent à la réduction des prix de revient et ainsi à un meilleur résultat.

La sagesse des agriculteurs
La ration alimentaire des vaches laitières est calculée au plus juste. L’éleveur laitier est constamment à la recherche du parfait équilibre entre la santé animale, la production de lait et les coûts alimentaires. Si certains producteurs laitiers ne jurent que par des analyses et des chiffres détaillés, d’autres s’appuient davantage sur leur « feeling » en la matière et, surtout, sur leur expérience (ou leur bon sens). C’est peut-être ce qui rend ce domaine si particulier.

Plus de fourrage de l’exploitation propre
Que le prix du lait soit élevé ou bas, qu’il soit sous pression ou pas, l’objectif consiste toujours à obtenir le prix de revient le plus bas possible pour un kilo de lait. Si le prix du lait est élevé, le danger se cache, bien sûr, dans une attitude moins critique à l’égard des coûts. Même dans ce cas, il importe de rester vigilant et de continuer à mettre l’accent sur les fourrages de haute qualité provenant de l’exploitation propre.

Des fourrages plus nombreux et de meilleure qualité contribuent, en effet, substantiellement à un cheptel plus sain, à une ration savoureuse d’une valeur alimentaire plus élevée, à une réduction des coûts vétérinaires et à des rendements laitiers plus élevés. La différence entre une prairie de haute qualité et une prairie moyenne a un énorme impact sur le résultat d’exploitation et se traduit souvent par une différence de quatre à cinq cents euros par hectare.

Plus souvent dans le pré
Évaluez la qualité de vos prairies et trouvez des possibilités d’améliorer et/ou de mieux gérer leur qualité. Indentiez les points faibles et leurs causes. Dans la mesure du possible, limitez la croissance des mauvaises herbes nuisibles en effectuant un contrôle régulier (annuel ou bisannuel) des adventices. Car une chose est sûre : l’attention que vous portez à votre prairie sera doublement récompensée.