Les bonnes résolutions pour la gestion des prairies
La hausse des prix de l’énergie fait grimper les prix dans toute l’Europe. La Belgique n’y échappe pas. Logique, puisque les coûts de production augmentent. De nombreuses entreprises répercutent ces coûts plus élevés sur leurs clients. Mais ce n’est généralement pas possible pour les producteurs laitiers (et le secteur agricole en général). En effet, c’est le marché qui fixe le prix. D’où l’importance de maintenir des coûts de production aussi bas que possible, même si les prix de l’énergie augmentent.

Les aliments pour animaux constituent souvent la plus grosse dépense
L’achat d’aliments (concentrés) représente un coût considérable. Davantage de fourrage de haute qualité provenant l’exploitation contribue donc directement à faire baisser le prix de revient. On peut s’attendre à ce que les coûts d’achat des aliments pour animaux continuent d’augmenter dans les années à venir en raison de l’augmentation de la demande mondiale de matières premières et de la hausse des prix de l’énergie, qui se répercute sur les coûts du transport ainsi que sur le coût des engrais. S’il était déjà important de produire soi-même un maximum d’aliments pour son exploitation, ça l’est encore plus aujourd’hui. Raison de plus pour accorder davantage d’attention à la production de vos prairies et de vos maïs.

Les prairies en hiver
L’hiver offre peu de possibilités en termes de gestion des prairies. Il vous permet néanmoins de vous faire une bonne idée de la qualité des parcelles. Vous identifiez, par exemple, les endroits où l’eau stagne ainsi que les parcelles restées marécageuses après les précipitations abondantes de l’automne 2021. Il est essentiel d’améliorer le drainage quand c’est possible. Investir dans la structure du sol s’avère rentable à long terme. Discutez des possibilités avec votre entrepreneur ou avec un conseiller en cultures avant d’élaborer un plan.

Qualité des prairies
Une prairie ne peut être rentable que si les graminées se portent bien. Autrement dit des graminées dotées d’une haute valeur fourragère et d’un fort potentiel de croissance. Des graminées rentables passent par un plan de fertilisation bien équilibré. Dans ce cadre, faites avant tout appel aux connaissances des conseillers. Là encore, de petits ajustements peuvent faire toute la différence. Autre mesure à effet immédiat : le contrôle des adventices, souvent considéré comme la mesure la plus rentable compte tenu des coûts relativement faibles par rapport à l’impact. Si les adventices dicotylées sont maîtrisées, les graminées rentables auront toute la place pour se développer. Si vous reportez le désherbage trop longtemps, ces graminées seront supplantées par les adventices, qui se propagent souvent rapidement.

Conseils pour le désherbage au printemps
Quand les jours rallongent, il se peut que les plantes soient déjà bien développées à la fin du mois de février. Soyez vigilant dès ce moment-là et prévoyez un désherbage au plus tôt. Une parcelle en bon état et une météo clémente (pas de gelées nocturnes et des journées ensoleillées à plus de 10 °C) sont cruciales à cet égard. Notre conseil ? Pulvérisez Cirran, éventuellement en combinaison avec un autre produit. Là encore, faites-vous conseiller.